Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Déméter-Coré

Articles avec #nos colloques

LA PARENTALITE DANS TOUS SES ETATS

21 Septembre 2017, 16:57pm

Publié par association Déméter-Coré

 

Voir les commentaires

Rencontres : les féminismes aujourd'hui et demain/transmissions et débats

1 Avril 2016, 06:41am

Publié par association Déméter-Coré

Rencontres : les féminismes aujourd'hui et demain/transmissions et débats

MARDI 19 AVRIL

9h30 : ouverture par Yvonne Knibiehler et les représentants des collectivités locales

toutes les tables rondes incluent un large temps de débat avec la salle

9h45 - 12h30 

QUI EST FEMINISTE EN 2016 A MARSEILLE ET DANS LE MONDE ?

Responsable : collectif 13 Droits des femmes. Enjeux contemporains du féminisme et liens entre le féminisme et les autres mouvements d'émancipation. Nous présenterons les résultats de l'enquête sur les féminismes. Projection du documentaire de Muriel Jacoub "Mulheres en marcha" sur la marche mondiale des femmes de 2015. Avec Esther Fouchier, présidente du collectif 13, Zoë Dubus, doctorante en histoire, Fouzia Assouli, présidente de la FLDDF (Maroc) et de la Fondation des Femmes de l'Euro-méditerranée, Ana Sofia Fernandez (plateforme portugaise pour les droits des femmes), Asuncion Miura, Coalition international contre l'exploitation sexuelle des femmes ( CATW). Projection du documentaire de Feriel BEN MAHMOUD : "la révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe"

13h30 - 15h30

FEMINISMES ET MATERNITES

Responsable : DEMETER-CORE. La maternité pèse sur les femmes bien plus que la paternité ne pèse sur les hommes. Mais devenir mère est aussi un accomplissement charnel et affectif si gratifiant que la plupart des femmes ne veulent pas s'en priver. Les modes de garde de la petite enfance qui visent à réconcilier le sujet-femme et le sujet-mère sont loin d'être en nombre suffisants et satisfaisants. les jeunes féministes, hommes et femmes, ont à inventer des solutions nouvelles. Avec Yvonne Knibiehler, historienne, Gérard Neyrand, sociologue, Camille Froidevaux-Metterie, professeur-chercheur en sciences politiques

16h00 - 18h00

FEMINISMES. LAÏCITES. RELIGIONS

Responsable : Forum Femmes Mediterranée et Les Filles d'Abraham en dialogue. Le concept de laïcité qui ignorait la différence des sexes, aujourd'hui invite les femmes à s'approprier leur corps et à disposer d'elles-mêmes. Il apporte ainsi des arguments puissants et précieux au processus de libération. Mais ne va pas sans poser problèmes aux fidèles des religions monothéistes. Notamment à propos du droit à l'avortement, ou du port du voile. Avec Renée Dray-Bensoussan, Chahla Chafiq, écrivaine et sociologue

18h00 - 19h00

APERITIF - SIGNATURE

19h00 - 20h30

CONCERT Christina ROSMINI. Présentation du nouvel album "LALITA"

soirée offerte par la Fondation Anna Lindh

MERCREDI 20 AVRIL

9h30 - 12h00

FEMINISMES. CONTROVERSES. TRANSMISSIONS

Responsable : GenderMed (MMSH). Les féminismes ont toujours été multiples, complexes : d'abord parce qu'ils expriment des aspirations de femmes appartenant à des milieux très divers, mais aussi parce que ses préoccupations évoluent sans cesse au fil du temps, d'une génération à l'autre. Les enjeux contemporains impliquent une adaptation des idées et des méthodes. Avec Irène Théry, sociologue directrice d'études à l'EHESS,  Wafaa Ziti, doctorante de la formation doctorale Genre, Sociétés et cultures, université Hasssan II Casablanca, Martine Storti, journaliste et écrivaine française.

PROJECTION du documentaire de David Guggenheim "HE NAMED ME MALALA"

Malala Yousafzai, prix Nobel de la paix, pour le droit des femmes à l'éducation. Celle-ci s'est déclarée féministe suite au discours d'Emma Watson à l'ONU

13h30 - 16h00

FEMINISMES ET MONDIALISATION

Responsable : RUSEMEG. La mondialisaiton confronte le féminisme à la diversité des cultures et aux différences de développement. Nous présenterons ce qui a déjà beaucoup progressé ! et ce qui reste à conquérir ! Avec Zohra Mesgueldi, présidente du Rusemeg, Marie-Angels Roque, directrice de la revue Quaderns (IEMED)

17h00 - 18h00

CONCLUSIONS par Esther Fouchier et débat avec la salle

EN PRATIQUE :

inscription à  : association.demeter.core@gmail.com

un repas sur place est possible sur réservation (même adresse) : 10 euros

 

Voir les commentaires

PROCHAINES RENCONTRES DEMETER CORE

3 Mars 2016, 18:11pm

Publié par association Déméter-Coré

Notez notre prochain RV important, organisé avec le Forum Femmes Méditerranée  :

19 et 20 avril 2016 - à la Villa Méditerranée à Marseille

LES FEMINISMES AUJOURD'HUI ET DEMAIN : transmissions et débats

Le féminisme est un mouvement social qui a fortement infléchi les mutations culturelles des deux derniers siècles, d'abord en occident, puis dans le reste du monde. Son objectif reste immuable : il s'agit toujours et partout de mettre fin à la subordination traditionnelle des femmes et du féminin, d'affirmer l'égalité entre les femmes et les hommes. Les actions militantes ont déjà remporté de grandes victoires. Pourtant aujourd'hui, l'inquiétude renaît. Les inégalités anciennes ne reculent que lentement, et de nouvelles difficultés surgissent. Nous constatons que les bonnes lois ne suffisent pas : encore faut-il qu'elles soient appliquées, ce qui est loin d'être acquis. Bien des femmes sont mal informées, d’autres ne cherchent pas à s'approprier leurs droits. En outre, les grands bouleversements sociaux contemporains, notamment les migrations, plus largement la mondialisation posent des questions imprévues au modèle républicain. Face à ces nouveaux défis, les féministes sont loin d'âtre unanimes; elles ne l'ont d'ailleurs jamais été. Au cours de ces rencontres, nous souhaitons faire quelques mises au point en laissant du temps pour le débat.

TABLES RONDES organisées en collaboration avec Collectif 13 droits des femmes, Gendermed et Rusemeg :

Qui est féministe en 2106 à Marseille et dans le monde ?

Féminismes et maternité

Féminismes, laïcités, religions

Féminismes, controverses, transmissions

Féminismes et mondialisation

projections des documentaires : "He named me Malala" et "la révolution des femmes, un siècle de féminisme arabe"

Programme plus détaillé prochainement 

inscriptions et réservations des repas  : association.demeter.core@gmail.com

 

 

Voir les commentaires

DEMETER-CORE et LES FEMINISMES

9 Novembre 2015, 18:08pm

Publié par association Déméter-Coré

Et le féminisme ? où en est-il ? où va-t-il ?

Et le féminisme ? où en est-il ? où va-t-il ?

DEMETER-CORE va travailler sur le féminisme. Un questionnaire est d'ores et déjà en cours de diffusion. Des Rencontres seront organisées les 17,18 et 19 mars 2016. Pourquoi ce projet?

Le féminisme est un mouvement social important, qui a fortement infléchi les transformations de la société et de la culture occidentales, d'abord en Occident, puis dans le reste du monde. Son objectif est immuable : il s'agit, toujours et partout, de mettre fin à la subordination traditionnelle des femmes et du féminin, d'affirmer l'égalité entre les femmes et les hommes.

Dans un premier temps, les féministes ont revendiqué et obtenu l'égalité des droits : droits politiques (voter, être éligible dans toutes les instances de pouvoir), et droits civils (liberté et égalité devant la loi pour tous les actes de la vie). Dans un second temps, les féministes ont revendiqué et obtenu des droits sociaux, spécifiquement féminins, liés à la condition maternelle: protection de la maternité par les assurances sociales et par le code du travail; et aussi droit de refuser la maternité, grâce à la dépénalisation (sous conditions) de la contraception et de l'avortement. Ces réformes capitales paraissaient capables d'assurer l'égalité des sexes.

Mais aujourd'hui, il faut bien reconnaître que les inégalités anciennes ne reculent que lentement, tandis que de nouvelles difficultés surgissent. En effet, plusieurs facteurs négatifs sont à l' œuvre simultanément.

Primo. De bonnes lois ne suffisent pas : encore faut-il qu'elles soient appliquées, ce qui est loin d'être acquis. Ce que les féministes nomment " la domination masculine" semble douée d'une vitalité invincible : elle se reconstruit sans cesse, peut-être involontairement, ou inconsciemment, en s'adaptant à tous les contextes!

Secundo. Bien des femmes ne cherchent pas à s'approprier leurs droits. Certaines sont mal informées; d'autres choisissent de ne pas en faire usage (ou seulement de certains). Certaines osent les contester, préférant les modèles anciens, désirant élever des enfants et privilégier leur bonheur privé, familial, plutôt que de se lancer dans une carrière brillante, qui exigerait trop d'effort et de compétition. Il est vrai que les normes sociales valorisent encore l'investissement des femmes dans la sphère privée. Mais le mouvement féministe a diffusé de nouvelles normes de femme libérée, qui pèsent tout autant, notamment sur les couches moyennes cultivées, celles qui donnent l'exemple

Tertio. Enfin et surtout, lles grands bouleversements sociaux actuel,, notamment les migrations, plus largement la "mondialisation", font émerger des droits nouveaux, les droits culturels, qui posent des questions imprévues à l'universalisme républicain . Par exemple: "Je suis juive, je ne veux pas passer un examen le jour du sabbat". Ou bien: "Je suis musulmane, je veux porter un voile". Ou encore : "Je suis bretonne, je veux pouvoir apprendre ma langue."...

La société évolue vers toujours plus d'individualisme. Le respect des droits personnels est exigé avec de plus en plus de force. Les homosexuels, les bisexuels, les transsexuels veulent pratiquer au grand jour. Les études sur "le genre" remettent en question tous les partages traditionnels entre le féminin et le masculin. Enfin la crise économique fragilise les familles et provoque des replis identitaires sur les cadres anciens.

Face à ces nouveaux défis, les féministes sont loin d'être unanimes. Elles ne l'ont d'ailleurs jamais été. Le féminisme a toujours été pluriel, reflétant la diversité des aspirations féminines, selon les lieux, les milieux, les moments. Ces désaccords constituent une richesse, non une faiblesse. Il convient de les reconnaître; mais il faut aussi savoir les surmonter pour acquérir un maximum d'efficacité.

C'est pourquoi nous engageons une réflexion, notamment lors de journées de rencontre en mars 2016 (dates à confirmer).

Nous aurons à débattre sur la transmission des féminismes: " Qu'est-ce qui doit être transmis ? Qui transmet ? comment ?

Cinq tables rondes sont prévues; elles feront très large place aux débats avec le public. 1. Qui est féministe aujourd'hui à Marseille, et dans les Bouches du Rhône ? (résultat du questionnaire). 2. Féminismes et maternités. 3. Feminismes, laïcité, religions. 4. Féminismes. Débats et transmissions. 5. Féminismes et Mondialisation.

Joignez-vous à nous. Remplissez le questionnaire. Envoyez-nous des critiques constructives, et beaucoup d'idées!

 

Voir les commentaires

RdV avec le ZONTA

8 Juillet 2015, 15:23pm

Publié par association Déméter-Coré

Un moment de convivialité avec les membres du ZONTA d'Aix

Un moment de convivialité avec les membres du ZONTA d'Aix

Le samedi 13 juin, le ZONTA d'Aix remettait des chèques de soutien à quelques associations, lors d'un apéritif très convivial au NOVOTEL. DEMETER-CORE a chaleureusement remercié pour l'argent destiné à l'organisation de son colloque de janvier 2015 : RENCONTRES TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire méditerranéenne. C'est la complémentarité de financements publics et privés qui a permis d'ouvrir ce temps de réflexion et d'échanges sur un sujet de société qui concerne la majorité des femmes : concilier, articuler, vivre, à la fois le travail et la maternité.

Les rencontres ont été enregistrées. Mères et grand-mères peuvent y trouver de quoi mieux comprendre ce qui se vit au quotidien : https://www.youtube.com/channel/UCtF-NfzYVdFK4_RxWoIUXIA/videos

Voir les commentaires

VIDEOS des Rencontres Travail et maternité 2015

3 Avril 2015, 17:09pm

Publié par association Déméter-Coré

Les rencontres "Travail et maternité dans l'aire méditerranéenne" ont été entièrement filmées grâce à la participation de l'association SOURCE et de l'association Airelles vidéo

Responsable de l'équipe vidéaste Young Perron :

Réalisatrice/Formatrice www.FESTIhandiVALide.fr

Membre de DEMETER-CORE

Equipe technique : Patrick Barra, Aurélie Tessier, Gaëtan Tessier, Maxime Roubaud

Nous les remercions très chaleureusement pour leur présence attentive et leur professionnalisme.

Ces rencontres ont été organisées pour susciter les débats à partir des idées et des travaux que certains développent. Ces débats peuvent donc se poursuivre par des commentaires bien réels sur l'espace virtuel de ce blog et de youtube. Ne vous en privez pas ! à bientôt pour la suite des videos.

Pour voir l'ensemble des videos, cliquez sur ce lien https://www.youtube.com/channel/UCtF-NfzYVdFK4_RxWoIUXIA/videos

 

 

Voir les commentaires

Rencontres "TRAVAIL ET MATERITE"... et après ?

27 Janvier 2015, 18:13pm

Publié par association Déméter-Coré

A DECOUVRIR dès maintenant : quelques résumés d'interventions proposés par ELSA BOULET, sociologue, sur ce lien :

https://elsaboulet.wordpress.com/travail-et-maternite-dans-laire-mediterraneenne-colloque-international/

Elsa BOULET est Doctorante en sociologie au Centre Max Weber (UMR 5283, université Lyon 2), rattachée à lIRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, UMR8156 – U997, EHESS).

Pour les rencontres DEMETER-CORE, son intervention s'intitulait : "Travail productif et travail reproductif. Une étude exploratoire auprès des femmes enceintes de leur premier enfant"

Voir les commentaires

RENCONTRES "TRAVAIL ET MATERNITE"... et après ?

27 Janvier 2015, 17:13pm

Publié par association Déméter-Coré

RENCONTRES "TRAVAIL ET MATERNITE"... et après ?

Voilà ! Les rencontres "TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire méditerranéenne" ont eu lieu.

Chaque intervenant, selon sa discipline et son axe personnel de recherche ou d'action, a contribué à éclairer cette question très complexe que l'immense majorité des femmes d'aujourd'hui vivent parfois avec difficultés.

Les rencontres entrent maintenant dans leur 2ème vie !

Des contacts... des liens...

Intervenants, public et membres de Demeter ont interagi et beaucoup échangé. De nombreux contacts se sont noués. Ils produiront certainement leurs fruits avec le temps. Car c'était bien un des objectifs de ces rencontres : rassembler ceux qui cherchent, réfléchissent et agissent sur les questions de maternité.

Des videos pour vivre ou revivre les échanges

Les rencontres ont été entièrement filmées et les vidéos seront mises en ligne prochainement sur ce blog.

Voir les commentaires

DEMETER sur RADIO DIALOGUE

8 Janvier 2015, 07:29am

Publié par association Déméter-Coré

DEMETER sur RADIO DIALOGUE

Yvonne KNIBIEHLER a pu parler des RENCONTRES TRAVAIL ET MATERNITE qui débutent dans une semaine exactement. C'était sur RADIO DIALOGUE pour l'émission "EN REMONTANT LE COURS", actualités culturelles du Pays d'Aix.

Vous pouvez l'écouter JEUDI 8 JANVIER à 10H45 et 17H45 et SAMEDI 10 à 8H15 ou en rediffusion :

http://www.radiodialogue.fr/spip.php?article150

Voir les commentaires

LE BILLET D'Yvonne KNIBIEHLER

2 Janvier 2015, 16:37pm

Publié par association Déméter-Coré

LE BILLET D'Yvonne KNIBIEHLER

LES BILLETS D'Yvonne KNIBIEHLER

au fil des jours qui mènent au colloque

"TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire médiaterranéenne"

 TRAVAIL ET MATERNITE

           Trois motivations conduisent aujourd'hui les femmes à "travailler", même lorsqu'elles ont de jeunes enfants. Pour la plupart elles souhaitent gagner elles-mêmes leur vie, afin d'être autonomes, de ne  dépendre de personne, surtout pas d'un conjoint qui risque de disparaître. Beaucoup ont aussi envie de s'évader du foyer et du travail domestiques, routine monotone et bornée, pour rencontrer d'autres personnes, s'ouvrir à d'autres perspectives. Les plus instruites souhaitent faire reconnaître leurs compétences et leurs savoirs, s'affirmer dans un rôle social à l'égal des hommes. Mais ces désirs sont-ils "conciliables" avec les responsabilités maternelles? C'est la grande question posée aux mères actuelles! Sera-t-on  une "bonne mère" si l'on n'est mère qu'à temps partiel?

          En vérité, il faut savoir que les femmes ont toujours travaillé. Jadis et naguère, elles étaient aux ordres de leur mari ou leur père, dans le cadre du ménage; elles ne recevaient aucune rétribution particulière, mais elles pouvaient, en principe, prendre le temps de s'occuper de leurs petits. Au cours du XIXe siècle, la révolution industrielle  a concurrencé l'économie domestique, elle a attiré les hommes hors de chez eux, vers les usines et les bureaux. C'est alors qu'est né le code du travail qui a élaboré des cadres rigides précisant les tâches, les horaires, les salaires : cadres prévus par des hommes, pour des hommes, éxonérés des soucis domestiques. Les mères n'avaient pas leur place dans ce monde. L'idéologie des deux sphères les vouait à la vie privée, au service de la famille . Aux hommes la production, aux femmes la reproduction. Ainsi s'est imposé le modèle de la mère au foyer, modèle qui a dominé les représentations et les moeurs jusqu'à la fin du baby boom. Modèle qui fascine encore bien des jeunes mères, surtout dans les milieux modestes.

          Cependant la prospérité des "Trente glorieuses" (années 1945-1975),  a aspiré les femmes, à leur tour, du côté des activités salariées Elles ont dû alors se couler dans le moule masculin du "travailleur", lequel ignorait la maternité et la parentalité, les rejetait "hors travail", hors salaire, comme si élever des enfants était une activité de loisir. Pour les mères de jeunes enfants, ce moule a été, est encore trop souvent, un instrument de torture, qui les épuise et les culpabilise. Condamnées  à la "double journée", privées trop souvent de sommeil et de loisir, elles n'osent pas se plaindre, de crainte d'être renvoyées définitivement aux langes et aux casseroles. Cruel chantage! La plupart aimeraient bien "profiter de leur bébé", vivre à loisir l'idylle des premiers mois, mais elles redoutent d'être disqualifiées au plan professionnel. Leur réaction spontanée a été d'abord d'appeler le père à l'aide. Le féminisme "universaliste" refuse d'ailleurs toute discrimination entre la mère et le père, qui sont supposées être parfaitement permutables. Mais dans la réalité le père n'est pas toujours là (le nombre des mères seules ne cesse de croître); et, quand 'il est là,  il ne se laisse pas toujours domestiquer au gré de sa compagne!

          En attendant tout se passe comme si le nouveau-né, le tout-petit, constituait une charge, une gêne, que la mère doit évacuer au plus tôt, pour donner à son métier le meilleur d'elle-même. Du coup le problème n°1 devient celui des modes de garde . Le quel n'est pas nouveau, lui non plus. Depuis la plus haute antiquité, les mères qui en ont les moyens, se font aider, ou même parfois remplacer entièrement par d'autres femmes. C'est souvent le mari lui-même qui l'exige, parce qu'il ne veut pas partager son épouse avec un nourrisson braillard et sale. La grande  différence entre autrefois et aujourd'hui, c'est que, jadis, les parents gardaient toute autorité sur les nourrices, bonnes d'enfants et gouvernantes, 'ils  les choisissaient et les rétribuaient eux-mêmes. Aux nounous d'antan, on demandait surtout d' "aimer les enfants", et de bien s'entendre avec la mère. Alors que depuis la fin des années 1970, la loi impose que les gardiennes, promues au rang d' "assistantes maternelles", soient "agrées" par les pouvoirs publics (la PMI) , dotées d'une formation initiale et continue, ainsi que  d'un statut qui précise leurs conditions de travail et leur rétribution;  elles restent sous le contrôle des travailleurs sociaux.  Un problème surgit bientôt : la mère, le père,  qui  ne reçoivent aucune formation, risquent de se trouver en infériorité face à une assistante maternelle qualifiée. Qui décidera ce qui est mieux pour l'enfant? D'un autre côté, que devient  la dimension charnelle et affective de ce qu'on appelle l'amour maternel ?   Il y a pire. Des lois récentes permettent la gestion de l'accueil par des entreprises privées, ce qui ouvre la porte à la marchandisation, avec tous les risques inhérents. Entre autres risques, l'aggravation des inégalités sociales : dans les quartiers pauvres, les mères ont beaucoup de peine à trouver une gardienne, et les gardiennes y subissent des conditions de travail bien plus pénibles que dans les quartiers aisés...

          Ces changements s'opèrent discrètement. Personne ne les commente.  Soulignons pourtant que cette révolution silencieuse,  qui échappe à tout contrôle, transforme de fond en comble les relations entre la maternité et le travail salarié, et même la définition de la maternité.

Voir les commentaires

1 2 > >>