Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Déméter-Coré

Rencontres "TRAVAIL ET MATERITE"... et après ?

27 Janvier 2015, 18:13pm

Publié par association Déméter-Coré

A DECOUVRIR dès maintenant : quelques résumés d'interventions proposés par ELSA BOULET, sociologue, sur ce lien :

https://elsaboulet.wordpress.com/travail-et-maternite-dans-laire-mediterraneenne-colloque-international/

Elsa BOULET est Doctorante en sociologie au Centre Max Weber (UMR 5283, université Lyon 2), rattachée à lIRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, UMR8156 – U997, EHESS).

Pour les rencontres DEMETER-CORE, son intervention s'intitulait : "Travail productif et travail reproductif. Une étude exploratoire auprès des femmes enceintes de leur premier enfant"

Voir les commentaires

RENCONTRES "TRAVAIL ET MATERNITE"... et après ?

27 Janvier 2015, 17:13pm

Publié par association Déméter-Coré

RENCONTRES "TRAVAIL ET MATERNITE"... et après ?

Voilà ! Les rencontres "TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire méditerranéenne" ont eu lieu.

Chaque intervenant, selon sa discipline et son axe personnel de recherche ou d'action, a contribué à éclairer cette question très complexe que l'immense majorité des femmes d'aujourd'hui vivent parfois avec difficultés.

Les rencontres entrent maintenant dans leur 2ème vie !

Des contacts... des liens...

Intervenants, public et membres de Demeter ont interagi et beaucoup échangé. De nombreux contacts se sont noués. Ils produiront certainement leurs fruits avec le temps. Car c'était bien un des objectifs de ces rencontres : rassembler ceux qui cherchent, réfléchissent et agissent sur les questions de maternité.

Des videos pour vivre ou revivre les échanges

Les rencontres ont été entièrement filmées et les vidéos seront mises en ligne prochainement sur ce blog.

Voir les commentaires

DEMETER sur RADIO DIALOGUE

8 Janvier 2015, 07:29am

Publié par association Déméter-Coré

DEMETER sur RADIO DIALOGUE

Yvonne KNIBIEHLER a pu parler des RENCONTRES TRAVAIL ET MATERNITE qui débutent dans une semaine exactement. C'était sur RADIO DIALOGUE pour l'émission "EN REMONTANT LE COURS", actualités culturelles du Pays d'Aix.

Vous pouvez l'écouter JEUDI 8 JANVIER à 10H45 et 17H45 et SAMEDI 10 à 8H15 ou en rediffusion :

http://www.radiodialogue.fr/spip.php?article150

Voir les commentaires

LE BILLET D'Yvonne KNIBIEHLER

2 Janvier 2015, 16:37pm

Publié par association Déméter-Coré

LE BILLET D'Yvonne KNIBIEHLER

LES BILLETS D'Yvonne KNIBIEHLER

au fil des jours qui mènent au colloque

"TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire médiaterranéenne"

 TRAVAIL ET MATERNITE

           Trois motivations conduisent aujourd'hui les femmes à "travailler", même lorsqu'elles ont de jeunes enfants. Pour la plupart elles souhaitent gagner elles-mêmes leur vie, afin d'être autonomes, de ne  dépendre de personne, surtout pas d'un conjoint qui risque de disparaître. Beaucoup ont aussi envie de s'évader du foyer et du travail domestiques, routine monotone et bornée, pour rencontrer d'autres personnes, s'ouvrir à d'autres perspectives. Les plus instruites souhaitent faire reconnaître leurs compétences et leurs savoirs, s'affirmer dans un rôle social à l'égal des hommes. Mais ces désirs sont-ils "conciliables" avec les responsabilités maternelles? C'est la grande question posée aux mères actuelles! Sera-t-on  une "bonne mère" si l'on n'est mère qu'à temps partiel?

          En vérité, il faut savoir que les femmes ont toujours travaillé. Jadis et naguère, elles étaient aux ordres de leur mari ou leur père, dans le cadre du ménage; elles ne recevaient aucune rétribution particulière, mais elles pouvaient, en principe, prendre le temps de s'occuper de leurs petits. Au cours du XIXe siècle, la révolution industrielle  a concurrencé l'économie domestique, elle a attiré les hommes hors de chez eux, vers les usines et les bureaux. C'est alors qu'est né le code du travail qui a élaboré des cadres rigides précisant les tâches, les horaires, les salaires : cadres prévus par des hommes, pour des hommes, éxonérés des soucis domestiques. Les mères n'avaient pas leur place dans ce monde. L'idéologie des deux sphères les vouait à la vie privée, au service de la famille . Aux hommes la production, aux femmes la reproduction. Ainsi s'est imposé le modèle de la mère au foyer, modèle qui a dominé les représentations et les moeurs jusqu'à la fin du baby boom. Modèle qui fascine encore bien des jeunes mères, surtout dans les milieux modestes.

          Cependant la prospérité des "Trente glorieuses" (années 1945-1975),  a aspiré les femmes, à leur tour, du côté des activités salariées Elles ont dû alors se couler dans le moule masculin du "travailleur", lequel ignorait la maternité et la parentalité, les rejetait "hors travail", hors salaire, comme si élever des enfants était une activité de loisir. Pour les mères de jeunes enfants, ce moule a été, est encore trop souvent, un instrument de torture, qui les épuise et les culpabilise. Condamnées  à la "double journée", privées trop souvent de sommeil et de loisir, elles n'osent pas se plaindre, de crainte d'être renvoyées définitivement aux langes et aux casseroles. Cruel chantage! La plupart aimeraient bien "profiter de leur bébé", vivre à loisir l'idylle des premiers mois, mais elles redoutent d'être disqualifiées au plan professionnel. Leur réaction spontanée a été d'abord d'appeler le père à l'aide. Le féminisme "universaliste" refuse d'ailleurs toute discrimination entre la mère et le père, qui sont supposées être parfaitement permutables. Mais dans la réalité le père n'est pas toujours là (le nombre des mères seules ne cesse de croître); et, quand 'il est là,  il ne se laisse pas toujours domestiquer au gré de sa compagne!

          En attendant tout se passe comme si le nouveau-né, le tout-petit, constituait une charge, une gêne, que la mère doit évacuer au plus tôt, pour donner à son métier le meilleur d'elle-même. Du coup le problème n°1 devient celui des modes de garde . Le quel n'est pas nouveau, lui non plus. Depuis la plus haute antiquité, les mères qui en ont les moyens, se font aider, ou même parfois remplacer entièrement par d'autres femmes. C'est souvent le mari lui-même qui l'exige, parce qu'il ne veut pas partager son épouse avec un nourrisson braillard et sale. La grande  différence entre autrefois et aujourd'hui, c'est que, jadis, les parents gardaient toute autorité sur les nourrices, bonnes d'enfants et gouvernantes, 'ils  les choisissaient et les rétribuaient eux-mêmes. Aux nounous d'antan, on demandait surtout d' "aimer les enfants", et de bien s'entendre avec la mère. Alors que depuis la fin des années 1970, la loi impose que les gardiennes, promues au rang d' "assistantes maternelles", soient "agrées" par les pouvoirs publics (la PMI) , dotées d'une formation initiale et continue, ainsi que  d'un statut qui précise leurs conditions de travail et leur rétribution;  elles restent sous le contrôle des travailleurs sociaux.  Un problème surgit bientôt : la mère, le père,  qui  ne reçoivent aucune formation, risquent de se trouver en infériorité face à une assistante maternelle qualifiée. Qui décidera ce qui est mieux pour l'enfant? D'un autre côté, que devient  la dimension charnelle et affective de ce qu'on appelle l'amour maternel ?   Il y a pire. Des lois récentes permettent la gestion de l'accueil par des entreprises privées, ce qui ouvre la porte à la marchandisation, avec tous les risques inhérents. Entre autres risques, l'aggravation des inégalités sociales : dans les quartiers pauvres, les mères ont beaucoup de peine à trouver une gardienne, et les gardiennes y subissent des conditions de travail bien plus pénibles que dans les quartiers aisés...

          Ces changements s'opèrent discrètement. Personne ne les commente.  Soulignons pourtant que cette révolution silencieuse,  qui échappe à tout contrôle, transforme de fond en comble les relations entre la maternité et le travail salarié, et même la définition de la maternité.

Voir les commentaires

DEMETER-CORE à la radio

2 Janvier 2015, 15:56pm

Publié par association Déméter-Coré

DEMETER-CORE à la radio

La journaliste Vanessa DARMON a reçu Yvonne KNIBIEHLER et Odile HESS, le 23 octobre 2014 pour LE JOURNAL D'UNE MAMAN

Vous pouvez écouter l'émission sur RADIO JM. Il y est question des objectifs de travail de DEMETER et de la préparation du colloque

http://www.radiojm.fr/podcasts.php?id=84 & page=S

Voir les commentaires

Yvonne KNIBIEHLER et la maternité

4 Décembre 2014, 12:54pm

Publié par association Déméter-Coré

Yvonne KNIBIEHLER et la maternité

LES BILLETS D'Yvonne KNIBIEHLER

au fil des jours qui mènent au colloque

"TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire médiaterranéenne"

Une vieille historienne universitaire peut-elle dire des choses intéressantes sur la maternité? Les jeunes en jugeront...

 Si j'ai envie d'écrire sur ce sujet, c'est d'abord parce que la maternité a constitué dans ma vie un immense bouleversement, une sorte de révélation ! Il y a eu un avant et un après.  Avant, j'étais une intellectuelle à 100%, passionnée par mes études. Après, j'étais entrée dans un autre monde, entièrement nouveau, dominé par les émotions, l'affectivité, la disponibilité absolue à ce tout petit, tellement dépendant, tellement vulnérable. J'ai eu la chance de pouponner avec jubilation ! A présent, je suis devenue grand-mère et arrière grand-mère. Et j'ai été heureuse, intensément, de voir mes filles et ma bru, ensuite mes petites filles, devenir mères à leur tour.

Mais au delà de ce vécu personnel, si gratifiant, j'ai une autre raison de m'occuper  de la maternité. Elle a transformé ma carrière. J'enseignais aux étudiants l'histoire des idées au XIXe siècle. Poussée par les bourrasques des années 1970, je suis devenue  historienne des mères et  de la maternité. Pour mes collègues, historiens masculins, les femmes avaient la même histoire que les hommes, à très peu près.  Et surtout, selon eux,  la maternité était un  fait de nature intemporel  et universel,  situé hors du temps, hors de l'histoire. J'ai réussi à les convaincre, non sans peine, que la maternité est une partie intégrante de la culture et se transforme sans cesse au cours du temps, non seulement dans le domaine pratique (accouchement, maternage, soins)  mais aussi dans le domaine théorique (les représentations, les lois, les mœurs). Du même coup, je suis devenue féministe : une féministe très convaincue, très militante ! Dans ma discipline, l'histoire, j'ai contribué, avec entrain, à ouvrir un nouveau chantier de recherches et d'enseignement : l'Histoire des femmes.

Pourtant j'ai été mal acceptée par les féministes. Car celles des années 1970, filles du baby boom et disciples de Simone de Beauvoir,  ressentaient la maternité comme un instrument d'aliénation : au nom des devoirs maternels, les filles d'Eve étaient assignées à la vie privée, au service de la famille, écartées des responsabilités sociales et politiques, ainsi que des carrières professionnelles les plus brillantes et les mieux rémunérées. Les féministes des années 1970 s'attachaient à libérer et à promouvoir le sujet-femme. Elles avaient raison: à ce moment-là, c'était le plus urgent. Et donc, sans renier la maternité, elles l'ont mise entre parenthèses; il ne fallait plus en parler. Ou, plus exactement, elles l'ont privatisée: " Si je veux un enfant c'est mon affaire. Nul n'a le droit de m'imposer ou de m'interdire quoi que ce soit". Le devenir mère se réduisait à l'épanouissement narcissique du moi féminin

A présent de nouvelles générations prennent la parole et la  plume. Et elles veulent tout : gagner elles-mêmes leur vie, exercer un métier qui leur plaise, en même temps devenir mère à leur gré, et "profiter de leur bébé". Leur féminisme intègre donc  la maternité! Mais comment faire?  

Je voudrais les convaincre que l'histoire peut les aider. Elles croient sans doute que le passé est mort, qu'il a perdu tout intérêt. C'est faux. Le changement c'est la vie même. En observant les transformations anciennes et récentes qui ont affecté le vécu maternel et les définitions de la maternité, nous avons des chances de mieux discerner les facteurs du changement et de les influencer. Ainsi il faut bien comprendre que la maternité n'a jamais été seulement une affaire privée, une affaire de femmes. Elle est la condition essentielle du renouvellement de notre espèce, pas seulement en termes de biologie, mais aussi en termes de culture. La langue maternelle transmet les premiers rudiments de la civilisation, l'éducation maternelle construit les éléments essentiels de la personnalité. La mère est donc un acteur social de grand pouvoir. En outre, aujourd'hui, du fait qu'elles maîtrisent leur fécondité, les femmes imposent délibérément la vie à un nouvel être humain. A "l'enfant désiré", le meilleur est dû, au sein du foyer, bien sûr, et aussi dans la cité, et dans le vaste monde où il grandira. Sa mère, qui  dispose désormais d'une citoyenneté pleine et entière, doit agir avec énergie dans la vie publique.  La maternité est une fonction sociale et politique. L'amour maternel pourrait contribuer à changer le monde!

Yvonne KNIBIELHER

Pour voir sa bibliographie sur la maternité : http://demeter-core.over-blog.com/tag/yvonne%20knibiehler/

Vous retrouverez son parcours personnel dans : Qui gardera les enfants ? Mémoires d’une féministe iconoclaste, Paris, Calmann-Lévy, 2007  

Ce livre a été présenté par Françoise THEBAUD, dans la revue CLIO - Femmes, genre, histoire http://clio.revues.org/9562

En attendant le 15 janvier, Yvonne KNIBIEHLER publiera plusieurs articles sur ce blog autour des thématiques du colloque. PROCHAIN RENDEZ-VOUS : la maternité et le travail

 

 

 

Voir les commentaires

C'est à vous...

2 Décembre 2014, 08:30am

Publié par association Déméter-Coré

C'est à vous...

Depuis plus d'un an, toute l'équipe de DEMETER-CORE prépare les rencontres internationales "TRAVAIL ET MATERNITE dans l'aire méditerranéenne". Elles s'adressent à tous ceux qui souhaitent faire halte un instant, apprendre des autres, naviguer entre passé et présent, réfléchir ensemble puis retourner à la vie quotidienne, personnelle et professionnelle, avec des idées d'action, d'amélioration.

Dans toutes nos actions, nous apportons du "savoir", mais il s'appuie sur l'expression directe des mères (et des pères) et il y fait écho.

Ce blog, est un moyen de plus, de donner largement la parole. PRENEZ-LA, commentez les articles, réagissez aux thèmes des interventions, donnez votre point de vue, votre sentiment, apportez des informations, des connaissances, racontez des anecdotes vécues, etc... 

BREF... nourrissez les débats avant l'heure ! Pour notre part, nous posterons des articles au fil des jours. Pensez à vous abonner pour les recevoir.

Et dans quelques semaines, 26 intervenants apporteront chacun un point de vue particulier. Ils viennent d'Espagne, d'Italie, du Maroc, de Tunisie, de France et nous les attendons avec impatience...

LE PROGRAMME est dans l'article précédent

Voir les commentaires

MATERNITE ET TRAVAIL: rencontres DEMETER-CORE 2015

30 Novembre 2014, 16:05pm

Publié par association Déméter-Coré

 

RENCONTRES  INTERNATIONALES  

TRAVAIL  ET  MATERNITE  DANS  L'AIRE  MEDITERRANEENNE

Réfléchir pour mieux agir

L'histoire de la maternité atteint un seuil où elle doit être réinterrogée au regard du travail. Les femmes, à la fois mères et  "actives"  participent aux  profondes mutations des mœurs et des représentations, autant qu'elles doivent s'y adapter. DEMETER-CORE engage des réflexions et des débats pour tenter de mieux comprendre et de mieux vivre les transformations actuelles, au sein des populations méditerranéennes, si attachées à l'image de la "bonne mère".

15 et 16 janvier 2015 -  Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme (MMSH) -  5, rue du Château de l'Horloge -  13090   Aix-en-Provence.

17 janvier 2015 - en collaboration avec l'association ARPSYDEMIO -  CHU Sainte Marguerite - 270 Boulevard Sainte Marguerite- 13009 Marseille - (Pavillon Solaris, Amphi Pussim)

ENTREE GRATUITE : Les places étant limitées, aussi bien  à Aix qu'à Marseille,  l'inscription est vivement conseillée.

Inscriptions, recevoir le programme en PDF et renseignements : demetercolloque2015@gmail.com   ou yvonne.k@club-internet.fr

PROGRAMME

JEUDI 15 JANVIER 2015  - AIX-EN-PROVENCE

Accueil des participants : 8h30

Matinée.  9h - 12h30h : Regards sur le passé.

Présidence/ Animation : Rosa-Maria Cid-Lopez (Histoire. Oviedo). Isabelle Collet (Sciences de l'éducation. Genève). Anne- Marie Daune-Richard (Sociologie. LEST. Aix-en-Provence)

Allocutions d'ouverture :

Maryline Crivello. Directrice du laboratoire TELEMME (AIX-MARSEILLE-UNIVERSITE)                                                                                                              

Nolwenn Lécuyer. Chargée de mission pour l'égalité (AIX-MARSEILLE-UNIVERSITE)                                                                                                               

Yvonne Knibiehler. Présidente de l'association DEMETER-CORE

Carla Rubiera Cancelas  (Histoire. Oviedo) : Travailler et donner la vie par obligation . Les femmes esclaves  dans la Rome antique

 Helena da Silva (Histoire. Le Havre) : Travail et maternité au Portugal (XXe siècle)

Charline Lesage, Laurence Cocandeau-Bellanger (Psychologie sociale. Angers): L'estime de soi chez les mères sans travail : maghrébines immigrées, femmes nées en France

Karine Lambert (Histoire. Nice) Présentation du GeFeM (GROUPE D'ETUDES FEMMES MEDITERRANEE) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/recherche/groupe.aspx?id=999904

débat

Après-midi.  14h-18h : Expériences actuelles.

Présidence/Animation : Hakima Mounir Mispelblom (Sociologie. Paris). Fatima Oussedik (Sociologie. Alger)

 Samiha Sahli, Saad Alami Merrouni (Sociologie. Rabat. Oujda) : Travailleuses agricoles saisonnières au Maroc.

 Kamal Mellakh (Sociologie. Casablanca) : Les mères ouvrières casablancaises. Conditions de travail et d'enfantement.

 Hakima Laala Hafdane (Sociologie. Casablanca) : Les femmes professeures universitaires au Maroc. Gestion de la maternité et engagement professionnel.

Véronique Poutrain (Sociologie. Aix-en-Provence) : Enquête ethnographique dans un village du Var

Fatima Drid (Sociologie. Batna) : Mères actives à Batna

débat

VENDREDI  16 JANVIER 2015 - AIX EN PROVENCE

 Matinée. 9h-12h30 : Une  "conciliation"  problématique

Présidence/Animation : Randi Deguilhem (Histoire. Aix-en Provence, Présentation de GenderMed) Laurence Hérault (Anthropologie. Aix-en-Provence)

Amanda Chaccour (Psychologie. Paris. Beyrouth) : Entre maternité et vie active. Les mères libanaises et leurs employées domestiques

 Fatiha Harrat (Sociologie. Bejaïa) : L'esclavage volontaire. Une image récente du travail féminin en Algérie

 Annalisa Tonarelli  (Sciences politiques. Florence). Mieux mères que précaires. Aspirations et contraintes des femmes italiennes

 Rosanna Cima (Pédagogie. Vérone), Livia Alga (Anthropologie. Verone)  : Prostituées mères. Un travail au noir

 Sophie Odéna (Sociologie. Aix-en-Provence) : La résistance des rôles parentaux traditionnels

débat

Après-midi. 14h-18h00 : Pratiques en questions

Présidence/Animation :  Danielle Boyer (Ethnologie CNAF. Paris). Constance de Gourcy (Sociologie. Aix-en-Provence)

Nathalie Chapon (Sciences de l'éducation. Aix-en-Provence) : Etre mère et assistante familiale. Les paradoxes d'un métier.                                                                                                      Sophie Saint-Martin  (Sciences de l'éducation. Marseille) : Regard sur la formation et le quotidien des assistantes maternelles          

Valérie Insarauto (Sociologie. Aix-en-Provence): Les usages sociaux du travail à temps partiel

Elsa Boulet (Sociologie. Lyon) : Travail productif et travail reproductif Etude exploratoire sur les femmes enceintes de leur premier enfant

Deborah Loyal (Psychologie. Bordeaux) : Idéologie du "maternage intensif " et rapport à l'emploi

Julie Landour (Sociologie. Paris) : Les Mompreneurs en France

Fabienne Soldini (Sociologie. Aix-en-Provence) : Les représentations littéraires de la femme enceinte dans le roman policier contemporain   

débat      

SAMEDI 17 JANVIER 2015 A MARSEILLE

Accueil des participants : 9h

Matinée 9h30-13h : Approches psychologiques

Allocution d'Yvonne KNIBIEHLER (DEMETER-CORE) et de Pierre BLANC-NOURRISSEAU, Trésorier d'ARPSYDEMIO et d'Yves JARRY représentant la présidente d'ARPSYDEMIO

Présidence / Animation : Michel Dugnat (Pédopsychiatrie. Marseille), Marc Souville (Psychologie du travail. Aix-en-Provence)

Irène-Lucile Hertzog (Sociologie. Caen): Au cœur de la division sexuée du travail productif et reproductif : l'Assistance Médicale à la Procréation (AMP) en question

Laurence Tourné (Psychologie.. Aix-en-Provence) : Maternité et travail. Transmission psychique de génération en génération et bisexualité psychique en conflit(s)

Emily de Dreuille-Junker, Juliette Rocache (Psychologie. Aix-en-Provence) : La reprise professionnelle chez les femmes ayant interrompu leur carrière pour élever leurs enfants

Nathalie Romagné (Psychologie. Marseille) : "Burn-out" maternel, la reprise du travail est-elle encore possible ?

Pascale Molinier (Psychologie. Paris XIII) : la maternité est-elle un emblème du "care", controverses féministes

débat

Déjeuner puis : Visite guidée du Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée.(sur réservation)

*******************

Ces rencontres sont soutenues par : CNAF, Conseil général 13, MAIF, Société Générale, ZONTA Pays d'Aix, CIDFF 13, MMSH, AMU, TELEMME...

LA JOURNEE DU 17 a été organisée en collaboration avec l'association ARPSYDEMIO  (association de recherche en psychiatrie et en épidémiologie)  http://www.arpsydemio.org/

Voir les commentaires

Rencontres de la librairie GOULARD à Aix

22 Novembre 2014, 17:03pm

Publié par association Déméter-Coré

Le 21 novembre 2014, Yvonne KNIBIEHLER était invitée par la librairie GOULARD pour rencontrer ses lecteurs et débattre, en particulier, de son dernier livre : QUESTIONS POUR LES MERES (Erès).

Elle était accompagnée de 3 des co-auteures de l'ouvrage.

- Marie-Christine BERNARD pour évoquer une possible "libération maternelle" qui poursuivrait et complèterait la libération de la femme

- Alessandra BLACHE pour témoigner de son parcours de PMA et de sa "Chronique d'une mère annoncée"

- Brigitte HESS pour pointer l'écart remarquable entre les lois qui protègent les femmes-mères, notamment dans le travail,  et les réalités vécues par les femmes.

Les questions très concrètes des lecteurs ont permis d'aborder des thèmes aussi variés que les pressions sur l'allaitement, l'amour maternel, le travail des jeunes mères, le nouveau congé parental, la garde des enfants, la "femme au foyer", le salaire maternel, etc...

Ainsi chacun a pu approcher la complexité, l'interdépendance, la part culturelle de tous ces sujets.  Encore une fois, l'histoire n'est pas apparue comme du passé révolu et archaïque, balayé par un présent issu d'un progrès forcément positif et de savoirs contemporains qui ont valeur de "vérité".  L'histoire élucide la mémoire collective et permet de mieux comprendre les composantes de nos problèmes contemporains. le recul historique permet de mieux se situer dans la dynamique de la pensée qui anime toutes nos grandes questions humaines.

Merci à la librairie Goulard . C'était encore une occasion, pour l'association DEMETER-CORE de faire vivre un de ses objectifs essentiels : améliorer la vie des femmes et des hommes d'aujourd'hui; éveiller les consciences, les réflexions, les débats  sur cette maternité qui "semble" si biologique, si privée qu'on néglige combien elle est aussi culturelle, sociale, publique, collective, politique.

Pour l'actualité de la librairie GOULARD, c'est ici : http://www.librairiegoulard.com/agenda.php?agenda=3324&date=20141121#345447

Pour découvrir QUESTIONS POUR LES MERES, cliquez ici : http://demeter-core.over-blog.com/tag/les%20publications/

Pour découvrir le travail d'Yvonne KNIBIEHLER, cliquez ici :http://demeter-core.over-blog.com/tag/yvonne%20knibiehler/

 

Voir les commentaires

Colloque SULISOM - STRASBOURG / 5 septembre 2014

18 Octobre 2014, 17:04pm

Publié par association Déméter-Coré

La faculté de Psychologie de l'université de STRASBOURG a organisé le colloque "DES ENFANTS POURQUOI ? Idéaux, discours, transmission.

lien pour voir l'argument et le programme : http://des-enfants-pourquoi.fr/2014/04/des-enfants-pourquoi-ideaux-discours-transmission/#more-42

 

INTERVENTION de DEMETER-CORE

La professionnalisation des tâches dites « maternelles ».  Approche historique.

Déjà durant l'Antiquité, la mise en nourrice était couramment pratiquée; et les mères qui en avaient les moyens confiaient souvent leurs enfants tout petits à des esclaves, ou à des servantes. Aux temps chrétiens, l'Eglise n'a jamais condamné ces usages. Et de nos jours, de nombreuses mères, même si elles ne "travaillent" pas, délèguent volontiers leurs tâches dites maternelles.

Pourtant les pratiques contemporaines diffèrent profondément des pratiques anciennes. -  1. Jadis et naguère, les parents gardaient le pouvoir: ils choisissaient, rétribuaient, surveillaient leurs suppléant-e-s; alors qu'aujourd'hui, les parents n'ont pas autorité sur les personnels des crèches par exemple, et pas toujours sur les assistantes maternelles. -  2. Autrefois, la délégation des tâches "maternelles" n'était pas pensée en relation avec le "travail"; aujourd'hui cette préoccupation est dominante. - 3.  Les savoirs maternels étaient jadis supposés innés parmi les femmes devenant mères; alors qu'à présent celles qui accueillent les enfants d'une autre famille  doivent être "agréées" par la PMI, recevoir une formation, signer un contrat de travail. Ces exigences tiennent au fait que l'enfant a désormais un statut de sujet. Du coup, les relations entre parents et gardiens se trouvent modifiées; et aussi les relations entre l'enfant, ses parents et les personnes qui l'accueillent. Les parents ne risquent-ils pas de se sentir disqualifiés? - 4. La  professionnalisation des tâches dites maternelles s'accompagne, de plus en plus souvent, d'une marchandisation, qui fait monter les prix, au risque de pénaliser les mères et les parents les plus pauvres.

Ce sont peut-être là des conséquences inévitables de l'essor des sociétés marchandes. Faut-il s'y résigner? Ou chercher comment pallier les inconvénients?

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 > >>